Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Le Havre en photo
Le Havre en photo
Publicité
Derniers commentaires
Archives
26 avril 2010

Instants de vies au Havre sous l'occupation

Le Havre filmé en 1943 par un soldat Allemand. La ville se trouve alors au coeur d'une période d'accalmie, après avoir supporté déjà près d'une centaine de bombardements entre 1940 et 1942. A travers ces images nous nous situons moins d'un an avant le terrible été 1944 qui verra la mort de milliers de civils et la destruction quasi complète de la cité Océane.

Pourtant en ce printemps 1943, les havrais, loin d'être tous évacués, profitent des multiples charmes qu'offre la ville pour quelques mois encore. Qui alors pouvait imaginer ce qui se passerait quelques mois plus tard ?

Les images que vous allez voir sont des "captures d'écran". La pellicule était malheureusement en très mauvais état, mais certaines images se prêtent aisément à la rêverie. Ces quelques images peuvent facilement vous projeter dans l'ambiance havraise des années 40 et ces cours instants de vie d'une période passionnante.

Nous arrivons dans les jardins de l'Hôtel de Ville, principal lieu de rencontre en ce Printemps 1943, dans une ville privée de plage depuis un an du fait des fortifications du mur de l'Atlantique.

ScreenShot1012

Au coeur des jardins, les havrais profitent des chaises mises à disposition par la municipalité.

ScreenShot1013

Boulevard de Strasbourg, une moto de l'armée Allemande semble se diriger vers le carrefour de l'Hôtel de Ville.

ScreenShot1014

Devant le magasin de chaussure BATA (situé au même emplacement qu'aujourd'hui) des contrôles ont lieu.

ScreenShot1015

ScreenShot1016

ScreenShot1017

ScreenShot1018

Rares sont les voitures particulières à pouvoir circuler au Havre. Difficile voir impossible de trouver du carburant et encore mois des pneumatiques. Le tramway reste donc le seul moyen de transport efficace dans l'agglomération. Un moyen de transport utilisé par toutes les classes sociales, riches, pauvres, cadres, ouvriers, civils, militaires, artistes. Ci dessous, une foule de personnes attendent le Tram pour Sanvic, Bléville ou Sainte Adresse. La photo est prise au niveau de l'actuelle chaussée centrale de la Place de l'hôtel de Ville, là ou aujourd'hui les Bus chargent et déchargent leurs passagers. En arrière plan, le Boulevard de Strasbourg et l'immeuble "Bata". 

ScreenShot910

ScreenShot911

Un tram de la Ligne 6 (Gare / Sanvic / Bléville) quitte la place de l'hôtel de Ville. La charge est impressionnante !

ScreenShot912

ScreenShot913

ScreenShot914

Nous voilà maintenant sur la chaussée Thiers, en face de la Banque de France.

ScreenShot1028

Au carrefour Thiers, un soldat Allemand dirige son regard vers le Cinéma REX (actuel Darty)

ScreenShot1029

Le Funiculaire, qui comme le Tramway, rendra de fiers services aux havrais jusqu'en Août 1944, date à laquelle la station Thiers et une partie du viaduc furent détruits par un bombardement.

ScreenShot1019

ScreenShot1020

Les wagons étaient en bois à cette époque. Ils circulaient sur des crémaillères !

ScreenShot1021

ScreenShot1022

Retour place de l'hôtel de Ville, véritable coeur de la ville.

ScreenShot1023

Une petite fille joue avec un chien dans les jardins de 'hôtel de Ville. Il faut savoir qu'à partir de 1941, les enfants de 7 à 14 ans avaient ordre de quitter Le Havre sous peine d'être envoyés dans les colonies françaises. Les enfants ayant moins de 7 ans avaient le droit de rester avec leurs parents...sous les bombardements.

ScreenShot1024

ScreenShot1025

ScreenShot1026

Les passants et un soldat Allemand semblent regarder d'un air amusé cette petite fille. Il faut dire que les réjouissances étaient rares durant l'occupation, d'un côté comme de l'autre.

ScreenShot1027

Bassin du Commerce, la piscine flottante du CNH reste le seul lieu de baignade ouvert pour les civils. Pour rappel, la plage est interdite d'accès depuis le Printemps 1942.

ScreenShot1030

Une nageuse du CNH (Centre Nautique Havrais)

ScreenShot1031

Tout près de là, le Maire du Havre, Pierre COURANT, accompagné par le sous Préfet du Havre se recueillent devant le monument aux morts.

ScreenShot1032

ScreenShot933

...avant de repartir en voiture, une Cïtroen Traction Avant.

ScreenShot942

ScreenShot943

Nous revoilà place de l'Hotel de Ville. En arrière plan l'entrée de la rue de Paris avec les magasins Heyraud et Bisserier, déjà présents avant guerre.

ScreenShot1033

Une grand mère semble apprendre à marcher à son petit fils ou sa petite fille ?

ScreenShot1034

Et comme aujourd'hui, la place de l'hôtel de Ville est le point de rendez-vous des jeunes. Quels pouvaient être leurs sujets de discussion ?

ScreenShot1035

Rue de Paris, au niveau du carrefour de la rue Richelieu, un tramway de la ligne 2 "Notre Dame - Graville" se dirige vers l'Hôtel de Ville. Cette ligne dont le tracé est toujours le même en 2010 étaient exploitée en rame double "Motrice + remorque", afin de faire face à l'importante charge de voyageurs.

ScreenShot1036

ScreenShot1037

ScreenShot1038

En arrière plan, le Café de Paris, célèbre café havrais établit sous une maison à colombages datant du XVIeme siècle. Cette dernière sera détruite un an plus tard, lors des bombardements de Juin 1944.

ScreenShot1039

ScreenShot1040

ScreenShot1041

ScreenShot1042

Les jardins de l'hôtel de Ville étaient et sont toujours un lieu de rencontre pour les havrais, un véritable point de convergence. Il en était de même pour les soldats de la KriegsmarineKriegsmarine basés au Havre. Chacun profitait à sa manière des charmes du printemps havrais.

ScreenShot1043

ScreenShot1044

Les enfants de la guerre, insouciants, jouent avec les cailloux du square.

ScreenShot1045

En arrière plan, le Petit Louvre, comme l'avait surnommé Napoléon III lors de son inauguration.

ScreenShot1046

ScreenShot1047

...le "Petit Louvre" transformé en Kommandantur régionale. C'est d'ici qu'étaient prises toutes les décisions concernant les populations de l'Ouest de la Seine Inférieure, du Havre jusqu'à Dieppe en passant par les terres et les plateaux du pays de Caux.

ScreenShot1048

Mais Le Havre offre encore quelques distractions comme le prouve cette artiste filmée par un soldat Allemand, probablement au Grand Théâtre.

ScreenShot1049

Ci dessous, le bunker central, situé à l'emplacement de la Brasserie Le Cardinal (Bvd de Strasbourg), détruite par les bombardements de 1940. En arrière plan on reconnaît les immeubles situés au Sud du boulevard de Strasbourg, là ou se trouve aujourd'hui la librairie Dombre.

ScreenShot1050

Ce bunker situé en plein centre ville était le QG de l'armée Allemande. De nombreux entraînements y avaient lieu.

ScreenShot1051

ScreenShot1052

Le Square Léon Meyer et sa fontaine en faïence de Sèvre, vestige de l'exposition Universelle de 1937 à Paris. En arrière plan, la rue Casimir Périer et la sous Préfecture.

ScreenShot1053

ScreenShot1054

L'Hôtel de Ville depuis la rue de Paris... Le jardin était entouré par de magnifiques ferronneries.

ScreenShot1055

ScreenShot1056

Au coeur du jardin, la silhouette du majestueux bâtiment se dessine. Il aurait eu 100 ans en 1954.

ScreenShot1057

ScreenShot1058

Le carrefour de la place de l'Hotel de Ville et du boulevard de Strasbourg était comme aujourd'hui un véritable point de convergence des transports en communs.

ScreenShot1059

En arrière plan, le kiosque des tramways situé légèrement plus au Sud du kiosque actuel. Ce petit édicule à miraculeusement survécut au bombardements de Septembre 1944, alors que l'hôtel de Ville et les immeubles alentours se sont effondrés comme des châteaux de cartes.

ScreenShot1060

ScreenShot1061

ScreenShot1062

Boulevard de Strasbourg (en direction de la gare, à la hauteur de la rue Georges Heuillard, un tram de la ligne 1 (Rond Point - Sainte-AdresseSainte-Adresse / Ignauval) se dirige vers l'hôtel de Ville. Sur la droite, le grand immeuble, alors appelé "Hotel Grand Select" est le seul batiment à avoir résiste à la guerre de ce côté ci du boulevard.

ScreenShot1063

Hormis les tramways, les havrais sont contraints de trouver d'autres moyens de déplacements. C'est ainsi que réapparaissent dans les rues des modes de transport que l'on croyait oubliés.

ScreenShot1064

Tous près de là, gros plan sur la Grand Poste et la façade Sud du Palais de la Bourse.

ScreenShot950

Ce somptueux bâtiment sera détruit par les bombes incendiaires un an plus tard.

ScreenShot1008

Stationnons, rue Thiers (actuel rue René Coty), devant l'église de l'Assomption. C'est aujourd'hui l'emplacement de l'armée du Salut, à gauche du Tabac François Ier, déjà existant en 1943.

ScreenShot929

ScreenShot931

ScreenShot932

Finissons par ces images de l'Hôtel de Ville prise à bord de la plate forme arrière d'un tramway se dirigeant vers la Gare. Dernière images d'un petit monde qui disparaîtra, sans le savoir, dans quelques mois...

ScreenShot1065

ScreenShot1066

Dans le fond, Le Havre d'aujourd'hui ressemble beaucoup au Havre d'hier, même si le décor est plus moderne ? La ville à disparu mais l'âme n'est pas morte.

Publicité
Publicité
Commentaires
G
petite fille je venais en vacances au Havre,chez mon oncle et tante qui habitaient dans une grande propriété d'ou émergeait un très grand ""cèdre"" je crois, cela sur la colline qui montait a Ste adresse,il y avait un escalier roulant pour y monter. Je ne me suis pas retrouvé en y venant il y a 3 ans.... j'ai 84ans ! J'ai aimé vos photos,il y en a t'il d'autres sur un autre site ? merci
J
Bonjour je viens de faire une recherche aux archives municipales du Havre sur l'historique du "Cardinal". L'année de création est de 1937. Je ferai peut-être un résumé de son histoire sur mon blog si cela intéresse.<br /> <br /> Jean-Michel HAREL
E
Bonjour, qui pourrait me dire à quelle date fut crée le restaurant le Cardinal, bld de Strasbourg, encore en activité aujourd'hui, j'habite ce batiment et aimerait en connaitre l'histoire avant guerre. Merci.
N
documents exceptionnel d'une grande raretés merci beaucoup
G
Documents très précieux, notamment pour moi qui ai vécu cette période de l'Occupation et qui travaille actuellement sur elle ; très intéressé par des témoignages.<br /> <br /> Gérard Régnier<br /> <br /> Havrais<br /> <br /> Historien Paris I - Panthéon-Sorbonne
Publicité