Il y'a 70 ans jour pour jour, le 9 Juin 1940, Le Havre vivait ses dernières heures de liberté dans l'angoisse du lendemain. La 7eme Penzerdivison du Général Rommel fonce sur Le Havre

Vers 9 heures, le ciel immuablement bleu depuis le début Mai s'obscurcit soudainement. Les bacs de pétroles de la CFR et de la CIM brûlent. Devant l'avancé spectaculaire des Allemands l'ordre à été donné par le commandant de la place du Havre, l'Amiral Gaudin de Villaine de détruire les principales réserves pétrolières françaises.

Le maire du Havre, Léon Meyer s'entretien avec l'armée française pour la mise en place d'un plan d'évacuation totale de la population havraise. Un énorme embouteillage se créer dans la rue de Paris à destination du port et des nombreuses embarcations qui emmènent les havrais de "l'autre côté" de l'eau. C'est un véritable naufrage qui se déroule sur le long des quais.

A 14heures, tous les tramways rentrent aux dépôts et l'exploitation du réseau du Havre est suspendu jusqu'à nouvel ordre. 12 autobus de la compagnie havraise sont réquisitionnés pour faire des navettes entre le centre-ville et les bacs du Hode, de Berville et de Quilbeuf. Certains d'entre eux seront mitraillés avec leurs passagers à bord. D'autres finiront leur périple jusqu'à Huriel dans l'Allier ou Chateauroux.

L'après midi du 9 Juin, Le Havre est de nouveau bombardé. la rue Jules Lecesne et le quartier de l'Eure sont particulièrement atteinds par ces raids de la Luftwaffe. La place de l'Hotel de Ville est encombrée de gens attendant les moyens de transport annoncés pour évacuer.

A 17h, Léon Meyer accompagné par le sous Préfet et certains membres du conseil, s'embraquent pour Trouville. L'exode devient d'autant plus violent que la rumeur se répand comme une trainé de poudre, que la municipalité a abandonné son poste. Dans l'esprit de la population, cette fuite signifie "évacuation immédiate". Hors, il s'avérait que Léon Myere n'avait d'autres choix que l'exode, étant lui même d'origine Juive-Alsacien.

Ainsi se déroula cette térrible journée de Juin 1940 sous cette énorme chappe de plomb constituée par les incendies de la CIM et de la CFR visible depuis Paris !!!

Num_riser0001

Le Havre vu depuis Deauville. Le ciel en ce 9 Juin s'est tellement assombri que les automobilistes devaient allumer leurs phares pour rouler.