Suite aux commentaires de Phyll, Dan et GL, je publie une photo de la passerelle des Nouvelles Galeries au début des années 90.

Pour répondre à Dan, les Galeries Lafayette étaient propriétaires de l'enseigne "Nouvelles Galeries". Au Havre il s'agissait bien des "Nouvelles Galeries". Avant guerre et après la reconstruction ce magasin s'appelait tout simplement "Galeries du Havre". Il y'avait une certaine autonomie de gestion.

Aujourd'hui en France, l'enseigne "Nouvelles Galeries" à pratiquement totalement disparue. La plupart des magasins ont fermé (c'est le cas du Havre, Saint Etienne et de nombreuses autres grandes villes), ou ils ont changé de nom pour devenir "Galeries Lafayette". Le groupe "Galeries Lafayette" à fermé énormément de magasins en province, qu'ils soient rentables ou nom. Dernièrement il ont fermé le BHV de Caen et de Strasbourg (les rares magasins BHV de province).

@phyll: J'aimerai bien savoir pourquoi cette passerelle à été tant décriée. Moi je trouvait ca plutôt sympa.

Num_riser0003

..................................................................................................................................................................................

LES NOUVELLE GALERIES DU HAVRE - historique d'après guerre - 1953/1999

Reconstruites à leur emplacement d'avant guerre sur l'ilot "V38", le chantier durera presque 2 ans, de début 1953 à Octobre 1954. Les plans furent établis par Auguste Perret et Jean Le Soudier. Ce dernier à également réalisé entre autres les Halles centrales, la clinique François Ier et la Halle aux poissons.

Num_riser0004

Le 14 Octobre 1954 à 9h30, le magasin ouvre pour la première fois ces portes devant une foule de centaines de havrais enthousiastes. Les journaux de l'époque titraient: "Après 10 ans d'exil à la Cité Commerciale Thiers, Les Galeries du Havre sont redevenues à leur emplacement de la rue de Paris, le plus beau et le plus mdoerne magasin de la ville".

Ce même jour, les centaines de havrais présents ont découvert avec de grands yeux les escalators, l'éclairage au néon, les larges allées et le salon de thé panoramique situé au premier étage. Comme avant guerre, les Nouvelles Galeries offraient un grand rayon alimentation (côté Nord Est) ont l'on pouvait trouver tout ce qu'on ne trouvait pas ailleurs.

Deux mezzanines, l'une côté rue de Paris, l'autre côté rue Edouard Larue étaient accessibles par des escalators et deux grands escaliers. Plus tard, deux autres mezzanines, côté rue Victor Hugo et côté quai Georges V firent aménagées. la surface de vente fut nettement accrue.

Le deuxieme étage était exploité par la papeterie, la droguerie, le bricolage, la vaisselle et part les ventes en solde, dont celle pratiquées dès le 2 Janvier 1954. Les havrais y venaient nombreux et sortaient avec des sacs jaunes tachetés de points noirsx (les couleurs des Nouvelles Galeries). C'était réellement le début de la société de consommation.

Plus tard, des surfaces furent récupérées après la cession de l'Hotel Normandie au 1 à 3 Quai Geroges V. Ainsi le 13 Juin 1962, la presse havraise titrait: "Pour la première fois au Havre, un passage privé construit sous  la rue Edouard Larue réunira l'actuel et le futur grand magasin de la cité."

Par l'occasion un vaste espace en sous sol des deux magasins permettait de stocker les marchandises et d'assurer les livraisons dans les meilleurs conditions.

Ci dessous le grand hall des Nouvelles Galeries (batiment principal) dans les années 70

Num_riser0005

Huit à dix ans plus tard (dans les années 70), les Nouvelles Galeries exploitaient toutes les surfaces de l'Ilot voisin (l'actuelle Librairie la Galerne). A ses débuts nous pouvions y trouver les rayons vaisselle, quincaillerie, bricolage et menuiserie, avec sciage de bois sur mesure. Il y'a eu également par la suite un rayon d'articles de peintures & beaux arts. Au premier étage (au dessus de l'actuelle librairie La Galerne), relié directement au batiment principal par une passerelle, il y'avait des rayons librairie, tenturerie, appareils audiovisuels, ce qui attiraient de nombreux clients aux profils divers.

La passerelle au dessus de la rue fut démontée en 1992 après cession des locaux du magasin annexe aux assurances Chégaray. Auparavant en 1991, les Nouvelles Galeries du Havre furent rachetées par le groupe "Galeries Lafayette". 8 ans plus tard, en 1999, les Nouvelles Galeries du Havre fermerent définitivement ses portes car le magasin trop diversifié et pas asser ciblé n'était plus suffisamment rentable aux yeux du groupe. La fermeture fut accueillie avec émotion et tristesse par les 85 membres du personnel et les havrais fidèles à leurs "Galeries" depuis le début du XXeme siècle. Une partie du personnel fut repris par le magasin Monoprix (du même groupe) et aujourd'hui en 2009 certaines caissières de Monoprix sont des anciennes des Nouvelles Galeries.

Les Grands Magasins tel qu'on les consevaient, ou on pouvait trouver tout et n'importe quoi, n'avaient plus raison d'être. Le Printemps du Havre l'à bien compris et s'est orienté vers le luxe et l'équipement de la personne. Ailleurs en France, tous les grands magasins se sont orienté vers la mode, ferment la plupart de leurs rayons quincaillerie, librairie etc... L'échec des "grand magasins" le plus significatif est la fermeture il y'a queqlues années de la prestigieuse "Samaritaine" à Paris.

En 2003, les Nouvelles Galeries du Havre furent morcelées en plusieurs boutiques (comme la Samaritaine). Aujourd'hui on y trouve les magasins Tommy Hilfiger, Comptoir des Cotonniers, Mexx, Infinitif, Interiors, La Galerie, Blanc Nature, Interior's, les Cuisines Chevalier, la parfumerie Nocibé et bien sur la librairie La Galerne (le temple du livre dans la région). Les étgaes quant à eux ont été transformé en bureaux.

1999 - 2003: De la friche commerciale à la renaissance:

ScreenShot205

Si la reconversion à été parfaitement réussi, tout se que l'ont peut souhaiter aujourd'hui c'est une mise en valeur du batiment à l'architecture interressante et surtout un bon ravalement car rien à été fait depuis sa construction. Je crois savoir que le groupe Galeries Lafayette serait toujours propriétaire du batiment...ceci expliquerai cela ! La location de boutiques serait elle plus rentable ?