Au lendemain de la seconde guerre mondiale, le quartier d'Aplemont, situé sur les plateaux Nord-Ouest du Havre, n'était plus qu'un champ de ruines. De Frileuse à Caucriauville  il ne restait plus une seule maison debout. La cité-Jardin d'Aplemont avait reçut en Septembre 1944, 2000 bombes et 500 bombes de 1000 kg. En 1945, sur les 1100 pavillons d'avant guerre, il n'en restait plus que 96 debout, partiellement endommagés.

Très vite, outre les problèmes du logements, les habitants d'Aplemont se sont confrontés au problèmes des transports. L'Escalier Roulant de la rue Montmorency était hors d'état de foncationnement. La ligne 8 du Tramway n'allait pas plus loin que la rue de Frileuse, via un long détour par la place de l'Hotel de Ville. Le tunnel de la rue Pasteur dans lequel circulait le tramway, avait été réquisitionné par les Allemands en 1942.

Un tramway type H47 sur la ligne 8 quelques temps avant la suppression des trams sur cette ligne, ici avenue de Frileuse. Archives C.T.P.O - Bus Océane

Num_riser0010

Jusqu'en 1948, les habitants de retour dans des logements provisoires à Aplemont, devaient parfois mettre jusqu'à 1 heure pour rejoindre la gare et le bassin d'emplois de la ville basse...

Ci dessous, le chantier de reconstruction d'Aplemont, en 1954.

Num_riser0015

En Avril 1948, les sinistrés d'Aplemont interpellent Mr Vidal, le directeur de la Compagnie des Tramways du Havre (l'actuelle CTPO) par l'intermédiaire de leur président, Mr Santos. Les habitants considèrent qu'ils sont dans le quartier le plus mal desservi de la ville en ce qui concerne les transports publics. En effet, une seule possibilité de transit leur est donnée: le bus, alors que les autres quartiers sont desservis par le tramway. Aplemont étant en bout de la ligne "Gare - Aplemont", il arrive trop souvent que le bus soit complet au départ de la gare avec des voyageurs qui descendent pour la plupart au cimetère Sainte-Marie ou à Saint-Cécile, alors que les habitants d'Aplemont restent sur place et sont obligés de remonter à pied lorsqu'il s'agit du dernier bus. Par ailleurs, les départs des autobus ne correspondant pas toujours avec les arrivées des trains, ce qui pose des problèmes.

Ci dessous, un bus de la ligne E desservant le plateau d'Aplemont jusqu'en 1950. Archives C.T.P.O - Bus Océane

Num_riser0013

En 1948, les tramways de la ligne 8 (Gare - Frileuse - Hallates) est remplacée par des Trolleybus. Cette ligne est la première du Havre à être équipée de trolleybus. Grace à eux, le trajet sur la ligne 8 a été reduit de moitié, via la rue Pasteur, économisant le détour par l'Hotel de Ville, imposé par la fermeture du tunnel Sainte-Marie.

Ci dessous, un trolleybus de la ligne 8 dans la rue Pasteur, près de l'entrée de l'ancien tunnel Sainte-Marie. Archives C.T.P.O - Bus Océane

Num_riser0014

Malgré celà, la ligne 8 du Trolleybus effectue toujours sont terminus sur l'avenue de Frileuse. Mais le quartier d'Aplemont, en pleine reconstruction, se repeuple rapidement et la ligne E d'autobus, avec la nécéssité du changement de voiture, devient vite impopulaire et insuffisante. Deux solutions pouvaient être envisagées ; le rétablissement jusqu'à la gare de la ligne E avec une désserte intensifiée ou le prolongement du trolleybus 8 qui avait le mérite de ne pas être éloigné du quartier intéressé. L'absence d'autobus aptes à gravir la rampe conduti le réseau, après étude, à prolonger la ligne de trolleybus.

Trolleybus de la ligne 8 du côté de la rue des Aubépines à Frileuse. Archives C.T.P.O - Bus Océane

vetra_10

Les travaux commencés au printemps 1950, sont menés par le seul personnel de la Compagnie, en utilisant des poteaux et du fil de récupération des tramways. L'itinéraire quitte la ligne 8 au carrefour de l'avenue de Frileuse, peu avant le terminus des Hallates dont la boucle est conservée, et de al rue des Aubépines. Celle-ci, de 5 mètres seulement de largeur sur 400 mètres présente une rampe moyenne de 10%, atteignait 14% sur une quarantaine de mètres, constitue un passage délicat. Au delà le terminus est atteint par les larges avenue Paul Verlaine et Paul Bert. Un kiosque est installé au terminus, près du Café Le Balto. Ce prolongement est mis en service le 4 Novembre 1950 et l'autobus E supprimé le même jour.

Un trolleybus de la Ligne 8 au terminus de la rue Paul Bert à Aplemont. Archives C.T.P.O - Bus Océane

Num_riser0011

Aplemont étant reconstruit, un autre grand projet doit voir le jour sur le plateau, plus à l'Est. En effet, à partir de 1959, le chantier d'un nouveau quartier destiné à accueillir 20 000 habitants est lancé. C'est le début de Caucriauville.

La ligne 8 arrivant à son terminus, avenue Paul Bert, en 1968. On reconnait le chateau d'eau toujours en place en 2009.

leh_trolley_l8_applemeont_photo_m_nimmo

Pour desservir ce nouveau quartier, une nouvelle ligne de bus est crée le 5 Septembre 1966. La ligne 10 relie depuis cette date la place de l'Hotel de Ville à Caucriauville Nord, en remplacement d'une navette prolongeant le trolleybus 8. Cette ligne aux services peut fréquents à l'origine, monte par les rues de Gobelins et Georges Lafaurie, desservant Aplemont par le Sud. Son terminus dans Caucriauville sera déplacé à deux reprises.

La ligne 8 en pleine charge en haut de la rue Pasteur en 1968.

leh_trolley_l8_rue_pasteur_photo_m

Caucriauville se peuplant rapidement, il fallait envisager une nouvelle desserte du quartier via le prolongement la la ligne 8 du Trolleybus. Il fallait également envisager la reconstruction de la ligne dans le prolongement du Cours de la République, via le tunnel Jenner. Cependant à l'aube des années 70, la politique du "Tout Voiture" cher à Pompidou, ne favorisait guère l'investissement dans les transports publics. Ainsi le prolongement de la ligne 8 du trolleybus d'Aplemont (Paul Bert) à Caucriauville fut jugée inutile et trop onéreuse. De plus les architectes & urbanistes de Caucriauville étaient contre l'établissement de lignes aériennes dans ce quartier, qu'ils jugaient inesthétiques. Pour ces raisons, le dernier Trolleybus circula sur la ligne 8 le Mardi 28 Décembre 1970, remplacé par des autobus standards puis articulés. Par la même occasion, la ligne 8 fut prolongée de la gare à l'Hotel de Ville et pouvait emprunter le tunnel Jenner...

Plan du réseau au 1er décembre 1970. Archives C.T.P.O - Bus Océane

Num_riser0016

Une sous-station électrique de Trolleybus, avenue Paul Verlaine à Aplemont. Cet équipement permettait de renvoyer de l'energie aux trolleybus sur certains points de la ligne. Archives C.T.P.O - Bus Océane

Num_riser0012

Depuis la fin des années 60, les itinéraires d'autobus se sont multipliés sur le plateau d'Aplemont, en faisant un quartier extrêmement bien desservi par les transports en communs (lignes 1 - 8 - 10 - 12 - 13)...et bientôt par le futur tramway, destiné à remplacer la ligne 8. Mais ceci est une autre histoire.

A la disparition des trolleybus, la sous-station relais de l'avenue Paul Verlaine à été transformée en laverie automatique. Cette laverie existe toujours en 2009. Image: Google Street View

sous_s11

SOURCES:

Au Fil du Temps - Collectif du Plateau - 2001

Revue FACS 105 - Numéro spécial Le Havre - M. Chapuis - 1971

Archives photographiques de la Compagnie des Transports de la Porte Océane